Guillaume Guibet, jeune chef de 23 ans, a grandi dans les cuisines du Verbois. Petit, il préférait confectionner des pâtes brisées plutôt que de faire ses devoirs. Il faut dire que dans la famille, la gastronomie est une passion contagieuse qui remonte aux grands parents. Son père, Laurent, a repris cet établissement picard à la suite de ses parents, dans les années 80. Après avoir aiguisé ses couteaux au Negresco (Nice) et au Fouquet’s (Paris), il en fait, avec Laurence son épouse, une maison sympathique, un repère pour les familles de la région.

 

Le jeune Guillaume goûte, ressent, apprend. Avant de rejoindre les cuisines de Kei Kobayashi à Paris (2 étoiles Michelin) où il acquiert rigueur et technique.

Aujourd’hui, Laurent a rejoint Laurence en salle, au plus près de leurs clients. Et c’est Guillaume qui met toute son envie et sa créativité derrière les fourneaux. Fier d’avoir son propre potager, il continue à l’enrichir sans cesse. Un rêve de gamin.
Si au fil du temps les rôles ont changé, le Verbois demeure une histoire de famille où l’on déguste, débat, et décide ensemble de ce qui deviendra ou non un grand plat de la carte…